OPERATION WEB : GRAVURE OFFERTE SUR COUVERTURE (doree ou argentee)

Pour toute commande sur site superieure a 100 siddourim (gamme standard ou luxe)

Osez la difference! Personnalisez et offrez un siddour a vos invites

(Mariage, Bat et Bar-mitsva, Fiancailles, Henne, Naissance...) - Contactez-nous !


 

 

Au demeurant, ce qui est plus préoccupant, c’est de savoir comment cet homme pourra faire Techouva du tort qu’il nous a fait et du préjudice qu’il nous a causé, et qu’il convient d’appeler "chem ra’".

 

 

 

 

Bienvenue sur le site de Zmanim Diffusion.

 

Notre association créée en 2006 a pour but de déterminer et diffuser les horaires du calendrier hébraïque établis selon les enseignements de notre maître, le rav 'Ovadia Yossef zatsal.

Ces horaires sont diffusés par le biais de calendriers que nous concevons depuis plusieurs années pour différentes communautés. Nous mettons également à votre disposition ces horaires dans notre programme excel téléchargeable gratuitement sur ce site. Vous y trouverez aussi notre page d'horaires adaptée au format iPhone, nos publications, programmes, études, videos, et bien d'autres encore. Enfin, vous aurez la possibilité de commander votre nouveau siddour "Maguen Avot" ainsi que votre calendrier communautaire incluant des horaires adaptés à votre ville.

N'hésitez pas à nous contacter !

 

 

Les forums qui vous donnent la parole sur notre Siddour

 

 

 

Questions / réponses

 

 

Qu'est-ce que le rite séfarade et oriental ?

 

Les rites séfarades et orientaux (כמנהג הספרדים ועדות המזרח) sont utilisés dans la majorité des siddourim actuels. En voici une liste non exhaustive : Ich maçlia'h (Rav Mazouz chalita), Avodat Hachem, 'Hazon Ovadia (Rav Ovadia Yossef zatsal), Yé'havé Daat (Rav David Yossef chalita), Tiféret Chélomo (Yéchivat Péer hachalom), etc. Comme son nom l'indique, ce rite convient aussi bien aux séfaradim qu'aux orientaux. Par exemple, le siddour Ich Maçlia'h est utilisé majoritairement par les Tunisiens, le siddour Tiféret Chélomo par les marocains et Hazon Ovadia par les originaires d'Iraq. Les 3 textes sont pourtant identiques à quelques nuances mineurs !

 

 

 

Maguen Avot a-t-il reçu l'approbation d'un Rav ?

 

La liste des approbations évoluant constamment, veuillez consulter notre page "Siddour".

 

 

 

Qu'y-a-t-il de nouveau dans la nouvelle édition ?

 

Outre l'arrivée de la gamme luxe (blanc brillant / Ivoire mat) et du format poche, quelques rajouts ont été apportés à la demande de nombreux fidèles :

 

 

Pourquoi tant d'acharnement contre ce Siddour ?

 

Victime de son succès, le siddour Maguen Avot rassemble tous les atouts qu'un siddour devrait avoir pour mériter ce nom, ce qui éveille la médisance de ses concurrents.

Voici une liste non exhaustive de ses principaux atouts :

 

 

 

N'hésitez-pas à nous faire part de vos remarques afin de contribuer à l'amélioration de ce siddour.

 

 

 

Psak Din sur la base des pièces fournies au beth din

 

 

Ce Psak din est -il respecté par les éditions Colbo?

Jugez-en par vous même, ci-après courriel reçu du Rav Ron Chaya chalita :

 

Date : 20-11-2013 à 15:02

Chalom, Je me vois dans l’obligation de vous retirer mon approbation pour le sidour Maguen Avot car j’ai reçu une lettre de la part des éditions Colbo [...]

Je suis sincèrement désolé pour le désagrément et vous prie d’accepter mes sincères

salutations et encouragement pour la suite. Cordialement, Rav Ron Chaya

 

Etant donné que les éditions Colbo ne respectent pas un din Torah, notre avocat Maitre Laurent Hazan envoie un avertissement à M. Josio Charbit.

 

 

 

 

Droit de réponse au Kol Koré

 

DROIT DE REPONSE A L’APPEL
(KOL KORE)
SIGNÉ PAR 4 RABBANIM
Nous nous sommes présentés devant le beth din le 7 mai 2012 dans le cadre d’un litige avec les Editions Colbo que nous attaquions pour diffamation. Le beth din a tranché entre autre que «dorénavant le Beth Din impose aux deux parties de ne plus adresser ou formuler des propos critiques ou sanctionnant l’une à l’encontre de l’autre ni en ce qui concerne le sidour Patah Eliyahou ni en ce qui concerne le sidour Maguen Avot ».

Nous pensions la situation apaisée, mais un appel de 4 rabbanim demandant d’enfouir notre siddour à la guéniza nous a fait froid dans le dos. Qui sont-ils?

Rav Abraham ABRAHAM : Auteur du Kitsour Choulhane Arouh: Abrégé Du Choulhane Aroukh accompagné des annotations "Yossef Da'at" (usages séfarades) - Bilingue Hébreu/français - EDITIONS COLBO

Rav Messod HAMOU : Rav M. Hamou chlita, de la communauté Mekor Haïm, Paris, apporte son appui aux EDITIONS COLBO par une attestation dans laquelle il écrit notamment que « tout usage de ce "Kol Hanechama" est une mitsva Habba-a ba’avèra : une réalisation du service divin par infraction ». Maguen Avot n’est pas le premier siddour dans le colimateur du Rav...

Rav Yihia TEBOUL : Dayane à Lyon nous ayant répondu par écrit : «Vous me proposez de vous faire une liste précise des erreurs du siddour [...] il serait plus judicieux de rentrer plutôt en contact avec le Rav Hamou.»

Rav David SABBAH : Grand Rabbin du Québec. Nous ne distribuons pas notre siddour au Québec.

Notre réponse : Rav Hamou dit que les horaires font violer le Chabbat et font lire le chema avant l'heure. Mais c'est la preuve qu'il n'a pas lu nos tableaux puisque les horaires de fin de chabbat et du chéma sont les mêmes que les horaires du consistoire. Les tableaux d’horaires introduits à la fin du siddour Maguen Avot proposent 2 opinions : celle du rav Posen chalita et celle du rav Ovadia Yossef zatsal afin de laisser le choix à l’utilisateur. Nous avons le soutien du Rav Itshak Yossef chalita pour la partie «Rav Ovadia», à consulter sur notre site.
Nous avons envoyé un courrier au rav Hamou à la demande du rav Réouven Elbaz chalita afin qu’il nous fournisse la liste précise des «erreurs graves» justifiant une mise à la guéniza de notre siddour. Aucune réponse à ce jour.

Le courrier envoyé au rav Hamou est consultable en cliquant ici.

Notre réponse : Nous avons eu plusieurs échanges de courriers avec le rav Teboul, celui-ci n’a pas été en mesure de nous fournir la liste des erreurs justifiant une mise à la guéniza de notre siddour. Voici un extrait interressant de son dernier courrier :
«Vous me proposez de vous faire une liste précise des erreurs du siddour [...] il serait plus judicieux de rentrer plutôt en contact avec le Rav Hamou.»
Concernant les horaires, il est étonnant que le rav Teboul critique ouvertement nos tableaux d'horaires alors qu'il nous consulte pour son propre calendrier communautaire !! Sans commentaire... Mail de sa demande consultable ici.

Les échanges de courriers avec le rav Teboul sont consultables ici.

Notre réponse : Les rites séfarades et orientaux (חרזמה תודעו םידרפסה גהנמכ) sont utilisés dans la majorité des siddourim actuels. En voici une liste non exhaustive : Ich maçlia'h (Rav Mazouz chalita), Avodat Hachem, 'Hazon Ovadia (Rav Ovadia Yossef zatsal), Yé'havé Daat (Rav David Yossef chalita), Tiféret Chélomo (Yéchivat Péer hachalom), etc. Comme son nom l'indique, ce rite convient aussi bien aux séfaradim qu'aux orientaux. Par exemple, le siddour Ich Maçlia'h est utilisé majoritairement par les Tunisiens, le siddour Tiféret Chélomo par les marocains et Hazon Ovadia par les originaires d'Iraq. Les 3 textes sont pourtant identiques à quelques nuances mineurs !
Aucun des rabbanim qui critiquent le Maguen Avot ne donne ne serait-ce qu'un seul exemple des mélanges entre le noussa'h dit livourno et celui edot mizra'h. Sur ce point du noussa'h, au sein des livres dit livourno on trouve aussi des différences entre les livres. Il suffit d'ouvrir votre siddour et de le comparer avec un bnei tsion, un tephilat ha'hodesh du Rav Zini ou encore un siddour marocain "Avoteinou" pour se rendre compte qu'il y a des différences sur la vocalisation des certains mots ou les mots utilisés pour la tephila.
Nous avons envoyé un courrier au Rav Sabbah pour connaître les erreurs graves de halakha justifiant une mise à la guéniza. Aucune réponse à ce jour.

Le courrier envoyé au rav Sabbah est consultable en cliquant ici.

 

En conclusion, ces 4 rabbanim demandent la mise à la guéniza d’un siddour sans apporter ne serait-ce qu’une seule erreur concrète qui se serait introduite dans notre siddour.

 

Qu’ils soient contre l’opinion du rav Ovadia Yossef zatsal concernant les horaires, c’est leur droit le plus total, mais cette opinion éxiste et nos calculs ont été approuvés par le rav Its’hak Yossef chalita auteur du Yalkout Yossef et Grand Rabbin d'Israël.

 

Concernant les halakhot mise en cause, aucune d’entre elles n’est clairement remise en question et pour cause, elles sont extraites du Yalkout Yossef, Hazon Ovadia...

 

Concernant le rite, aucun des 4 rabbanim n’est en mesure aussi de donner un exemple précis de ce qui apparait à leur yeux comme erreur grossière.

 

Le rav Réouven Elbaz chalita (dont il a donné son approbation au siddour) nous a demandé de contacter ces 4 rabbanim afin qu’ils nous fournissent une liste précise des «erreurs» afin que nous les prenions en considaration pour notre prochaine édition.

 

Aucune réponse à ce jour malgrés les innombrables courriers envoyés en recommandé à ces Rabbanim...

 

Si leur démarche était pure et Léchem Chamayim, ils nous auraient contactés avant de publier un courrier destructeur.

 

Pourquoi certains rabbanim procèdent-ils de la sorte?

Ci-après une réponse parue sur cheela.org, par Emmanuel Bloch :

La mise de livres en 'herem n'a malheureusement rien de nouveau au sein du Judaisme. C'est un phenomene qui existe en tout cas depuis le Moyen Age (il est notoire que les ecrits du Rambam furent bannis, encore du vivant du Maitre de Cordoue, et de nouveau apres sa mort) et jusqu'a nos jours (ainsi, les ecrits du rav Kook furent egalement declares interdits de lecture). La liste des livres mis en 'herem est particulierement longue, et un livre a meme ete ecrit, il y a quelques annees, afin d'analyser ce phenomene (Moshe Carmilly-Weinberger, Censorship and Freedom of Expression in Jewish History, New York 1977).

Encore aujourd'hui, toutes les quelques annees, il y a malheureusement des livres qui sont mis en 'herem, dont on nous dit qu'il faut les jeter a la gueniza, etc. C'est arrive a l'un des livres du Gd Rabbin Sacks, le tres orthodoxe Gd Rabbin d'Angleterre. C'est arrive au rav Nathan Kaminetzki, Roch Yechiva et fils de Roch Yechiva. Ces deux cas sont survenus en 2002, et en 2005 ce fut au tour du r. Nathan Slifkin d'avoir plusieurs de ses livres mis en 'herem. La meme chose est arrivee a bien d'autres encore. Or, il est frappant de constater que tous ceux dont les livres ont ete mis en 'herem etaient orthodoxes.

Il faut quand meme se poser la question. Aucun archeologue niant la Sortie d'Egypte n'est jamais mis en 'herem. Aucun professeur de critique biblique n'est jamais mis en 'herem. Aucun livre d'un juif Conservative ou liberal n'est jamais mis en 'herem. Les seuls qui sont mis en 'herem sont des orthodoxes - pourquoi ?

Il faut comprendre que le 'herem est un instrument utilise par certains segments de l'orthodoxie juive afin de fixer une ligne de demarcation. Son message revient a dire, par exemple, : "tel livre enseigne des idees inacceptables pour notre communaute, il ne faut donc pas le lire". Les livres universitaires, ou des auteurs juifs non religieux, sont a la base hors du champ de l'acceptable. On n'a besoin de se demarquer que de ceux qui sont proches de soi mais pas completement identiques, ceux dont les idees divergent juste assez pour etre dangereuses et menacer l'unite du groupe social.

Donc, en pratique, un 'herem est de nos jours toujours utilise par un groupe orthodoxe contre un livre ou une personne orthodoxe egalement. Et il n'est pas rare que des facteurs politiques, economiques ou personnels s'y melent egalement, sous couvert de l'autorite rabbinique. Il est arrive a plusieurs reprises, dans le passe recent, que des signatures de rabbanim prestigieux soient rajoutees sur un document a l'insu de ces rabbanim. La procedure de "mise en 'herem" est particulierement peu transparente de toute maniere, a ma connaissance les auteurs des livres soupconnes n'ont pas la possibilite de faire valoir les arguments qu'ils peuvent avoir pour se defendre face a leurs detracteurs. Il n'y aucune possibilite de faire "appel" de la decision de bannir. Etc.

Il faut donc prendre un 'herem avec une certaine distance critique, de maniere generale, et au besoin savoir lire entre lignes pour comprendre les veritables enjeux d'un bannissement.
Ces remarques sont de nature generale et ne concernent pas le sidour Maguen Avot, a propos duquel je ne connais a peu pres rien.

 

 

 

Une journaliste d'Actualité Juive nous incrimine sans même nous avoir contactés.

Dans la série "Je détruis sans preuve", ça continue...

 

 

 

 

Notre droit de réponse refusé à la diffusion par le journal "Actualité Juive"

 

Je me sens dans l’obligation d’intervenir dans ce « marigot », objet de votre article, paru le 31 janvier 2013 (page 34).
Il faut bien que quelqu’un se « mouille » dans ces eaux stagnantes d’un marais nauséabond.

Je me nomme Mordékhaï HAGEGE auteur du siddour Maguen Avot et Président de l'association Zmanim Diffusion, et dans le cadre de ce droit de réponse, je déclare officiellement et sur mon honneur, que je ne suis pas l’auteur des accusations portées contre le siddour Patah Eliyahou, qu’il m’arrive d’utiliser, sans aucune hésitation, pour prier « de bonne foi ».

Il faut lever toutes les ambiguïtés, parler franc et tordre le cou aux insinuations, allusions et autres sous-entendus. Pour le croyant, qu’en toute humilité, j’estime être, le message se doit d’être clair et sans aucune zone d’ombre.
Si l’on se veut « Peuple Elu », c’est à titre d’exemplarité, pour montrer la voie. Cela suppose et nous impose, plus qu’un privilège, une responsabilité à l’échelle universelle. Si, chacun dans ses actes les plus anodins, se sent responsable du reste du monde, alors l’humanité ne s’en portera que mieux.
Mais si des religieux font à présent  dans le « flou », l’ambigu et la manigance, alors D. sait quel avenir attend notre communauté et au-delà, le reste du monde.

Je réitère ma déclaration, afin que les choses soient claires et transparentes: Ni moi, ni quiconque dans mon entourage, n’a engagé une quelconque démarche de dénigrement ou de condamnation à l’encontre du siddour Patah Eliyahou, sacré et cher à notre cœur.

Si d’aucuns se réjouissent d’avoir réussi à faire « sortir le loup de la forêt », ou bien encore, se moquent de « qui se sent morveux se mouche », ceux-là en seront pour leurs frais, de ce que, de ma propre initiative, avec les conséquences encourues, j’ai décidé d’intervenir dans cette tribune.

Quant à notre siddour Maguen Avot, je tiens à remercier l’équipe de Zmanim Diffusion pour le merveilleux travail accompli.
Ce livre de prières, dont la première édition remonte à août 2011, est le résultat de plusieurs années de travail permettant de proposer au public francophone, un ouvrage de qualité, tant au niveau calligraphique, qu’au niveau halakhique.
Un siddour qui offre une présentation claire, une écriture précise (gros kamats, chéva nâ et daguesh durs réunis), l’écriture du Nom Divin et les pensées à avoir selon les sages kabbalistes, les dinim et halakhot selon le Rav Ovadia Yossef zatsal, la traduction de toutes les bénédictions courtes, les symboles des inclinaisons à faire dans la Amida, Léchem Yi’houd avant chaque prière, lettre du Rambam, Tikoun Haklali, Tableaux des horaires des grandes villes, tableau des interruptions dans la prière ...

 

Notre siddour dérange


Peu après sa parution, en décembre 2011, les éditions colbo diffusent un flash infos intitulé «  Quatrième acte hostile contre notre Siddour Patah Eliyahou ». Le contenu de ce feuillet diffusé à grande échelle est d’une extrême violence à notre égard. Ce tract nous fait passer pour des imposteurs et qualifie notre siddour d’œuvre hybride, voire d’un non-siddour.

Nous avons immédiatement saisi le beth din du rav Sitruk chalita présidé par le rav Gross chalita, le rav Zafrani chalita et le rav Charbit chalita. Au cours du procès, le rav Zafrani a demandé à plusieurs reprises aux éditions Colbo ce qui leur avait permis d’agir de la sorte et que si des erreurs étaient constatées, une démarche pure aurait consisté à les signaler aux auteurs en vue d’améliorer. Nous n’aurons jamais de réponse à cette démarche destructive…

La sentence tombera quelques jours plus tard et impose aux deux parties de « ne plus adresser ou formuler de propos critiques ou sanctionnant l’une à l’encontre de l’autre ni en ce qui concerne le siddour Patah Eliyahou, ni en ce qui concerne le siddour Maguen Avot. »

Nous pensions la situation apaisée, mais un appel de 4 rabbanim demandant d’enfouir notre siddour à la guéniza nous a fait froid dans le dos.
Qui sont-ils?

Rav Abraham ABRAHAM : Auteur du Kitsour Choulhane Arouh aux EDITIONS COLBO

Rav Messod HAMOU : Rav M. Hamou, de la communauté Mekor Haïm, Paris, apporte son appui aux EDITIONS COLBO par une attestation dans laquelle il écrit notamment que « tout usage de ce "Kol Hanechama" est une mitsva Habba-a ba’avèra: une réalisation du service divin par infraction ». Maguen Avot n’est pas le premier siddour concurrent dans le colimateur du Rav...

Rav Yihia TEBOUL : Dayane à Lyon nous ayant répondu par écrit : «Vous me proposez de vous faire une liste précise des erreurs du siddour [...] il serait plus judicieux de rentrer plutôt en contact avec le Rav Hamou.» Le public appréciera…

Rav David SABBAH : Grand Rabbin du Québec. Nous ne distribuons pas notre siddour au Québec. Nous avons tout de même envoyé un courrier au rav Sabbah.

Ce lien direct avec les éditions Colbo nous a tellement choqués que nous réagirons de façon satirique par un mail annonçant le positionnement de ces rabbanim à l’égard de notre siddour. 

 

Que reprochent-ils ?


Cet avertissement, une seconde fois d’une extrême violence à l’égard de notre siddour, invite les fidèles à l’enfouir dans une guéniza. Pour quelle raison ?

Les raisons sont générales et noyées dans de belles grandes phrases. Les 3 principaux reproches sont :

- Problème avec le rite utilisé (rite séfarade et oriental).
Notre réponse : Les rites séfarades et orientaux sont utilisés dans la majorité des siddourim actuels. En voici une liste non exhaustive : Ich maçlia'h (Rav Mazouz chalita), Avodat Hachem, 'Hazon Ovadia (Rav Ovadia Yossef zatsal), Yé'havé Daat (Rav David Yossef chalita), Tiféret Chélomo (Yéchivat Péer hachalom), etc. Comme son nom l'indique, ce rite convient aussi bien aux séfaradim qu'aux orientaux. Par exemple, le siddour Ich Maçlia'h est utilisé majoritairement par les Tunisiens, le siddour Tiféret Chélomo par les marocains et Hazon Ovadia par les originaires d'Iraq. Les 3 textes sont pourtant identiques à quelques nuances mineures ! Aucun des rabbanim qui critiquent le Maguen Avot ne donne ne serait-ce qu'un seul exemple des mélanges entre le noussa'h dit livourno et celui edot mizra'h. Sur ce point du noussa'h, au sein des livres dit livourno on trouve aussi des différences entre les livres. Il suffit d'ouvrir votre siddour et de le comparer avec un bnei tsion, un tephilat ha'hodesh du Rav Zini ou encore un siddour marocain "Avoteinou" pour se rendre compte qu'il y a des différences sur la vocalisation des certains mots ou les mots utilisés pour la tephila. De plus, le rav Its’hak écrit dans le Yalkout Yossef tefila volume 2: Quand le sidour Hazon Ovadia est sorti à l'époque, un des Roch Yeshiva de Porat Yossef à Jérusalem n'a pas laissé entrer le sidour dans la Yeshiva en prétextant qu'il est à l'encontre du rite êdot hamizra'h !!! (Ils avaient l'habitude de prier dans le sidour du Ben Ich haï. "Ôd Yossef haï").

- Problème avec les horaires.
Notre réponse : Rav Hamou dit que les horaires font violer le Chabbat et font lire le chema avant l'heure. Mais c'est la preuve qu'il n'a pas lu nos tableaux puisque les horaires de fin de chabbat et du chéma sont les mêmes que les horaires du consistoire. Les tableaux d’horaires introduits à la fin du siddour Maguen Avot proposent 2 opinions : celle du rav Posen chalita et celle du rav Ovadia Yossef zatsal afin de laisser le choix à l’utilisateur. Nous avons le soutien du Rav Itshak Yossef chalita pour la partie «Rav Ovadia», à consulter sur notre site (www.zmanim-diffusion.com).
Dans l’étude du rav Teboul sur les horaires (qu'il mentionne à fin du kol koré et que l'on nous a transmis) le Rav TEBOUL s'en prend directement au Ein Its’hak du Rav Its’hak Yossef. Ils s'en prennent à nous parce qu'ils n'ont pas le courage de dire qu'ils n'approuvent pas l'opinion du Rav Its’hak Yossef sur les horaires.

- Problèmes avec les Halakhot.
Notre réponse : Aucune d’entre elles n’est clairement remise en question et pour cause, elles sont extraites du Yalkout Yossef, Hazon Ovadia... Nous avons envoyé un courrier au Rav Sabbah pour connaître les erreurs graves de halakha justifiant une mise à la guéniza. Aucune réponse à ce jour.

En conclusion, ces 4 rabbanim demandent la mise à la guéniza d’un siddour sans apporter ne serait-ce qu’une seule erreur concrète qui s'y serait introduite.
Qu’ils soient contre l’opinion du rav Ovadia Yossef zatsal concernant les horaires, c’est leur droit le plus total, mais cette opinion existe et nos calculs ont été approuvés par le rav Its’hak Yossef chalita auteur du Yalkout Yossef.

 

Le rav Réouven Elbaz recommande le siddour Maguen Avot


Le rav Réouven Elbaz chalita, roch Yéshivat Ohr Ha’hayim de Jérusalem (dont il a donné son approbation au siddour) nous a demandé de contacter ces 4 rabbanim afin qu’ils nous fournissent une liste précise des «erreurs» afin que nous les prenions en considération dans notre prochaine édition en préparation.

Nous avons eu plusieurs échanges de courriers avec le rav Teboul, celui-ci n’a pas été en mesure de nous fournir la liste des erreurs justifiant une mise à la guéniza de notre siddour. Voici un extrait intéressant de son dernier courrier: « Vous me proposez de vous faire une liste précise des erreurs du siddour [...] il serait plus judicieux de rentrer plutôt en contact avec le Rav Hamou ». Nous attendons encore à ce jour le retour du rav Hamou à notre courrier.

Si la démarche de ces rabbanim était pure et Léchem Chamayim, ils nous auraient contactés AVANT de publier un courrier destructeur.

Comment peut-on oser demander de mettre à la Guéniza un siddour ayant reçu la recommandation du rav Réouven Elbaz chalita, roch yéchiva de Ohr Ha'hayim à Jérusalem, bras droit du rav Ovadia Yossef zatsal et mondialement reconnu?

 

Un avertissement contre Pata’h Eliyahou


Nous ne pouvons être à l’origine de ce document, car ce serait donner le bâton pour se faire battre.
Sauf à vouloir nuire à la diffusion du Maguen Avot, nous ne comprenons pas pourquoi  notre siddour s’y trouve associé.
Nos éditions respectent les décisions du Beth Din et n’ont jamais diffamé ni porté atteinte à la réputation de quiconque, en vertu du principe de la libre concurrence.
Mais malheureusement, certains de nos confrères n’ont pas manqué de menacer les libraires pour obtenir l’exclusivité en colportant des rumeurs visant à discréditer notre siddour Maguen Avot.
Cet avertissement semble avoir été rédigé pour nous compromettre, a-t-il atteint son but ?
Il est simplement étrange de constater, dans les « propriétés du document numérique », que l’auteur de cet avertissement n’est autre que « Editions Colbo ».
Diffamation? -Non! Constatation simplement.
Au nom de la présomption d’innocence, nous attendons une explication claire et nette.

 

En guise de conclusion


Pour conclure, nous espérons que le public ne s’y trompera pas et nous conservera toute sa confiance.
« Notre âme a été sauvée comme un passereau du filet de l’oiseleur; le filet s’est rompu, et nous sommes sains et saufs. Notre salut est dans le Nom de D. qui a fait le ciel et la terre ».
Psaume 124 – Patah Eliyahou page 96 – Maguen Avot page 94.

Je tiens à remercier l’équipe de Zmanim Diffusion pour le merveilleux travail accompli. En si peu de temps être aussi présent dans les synagogues, les écoles, sur les Smartphones et tablettes en téléchargement gratuit, sans oublier l’opération guéniza qui offrent aux communautés une collection gratuite de Maguen Avot en échange de vieux, des tarifs web imbattables...

Nos action certes dérangent, mais l'intérêt du public reste primordial. Chacun d'entre nous possède désormais un choix multiple de livres de qualité pour prier et c'est bien là l'essentiel.

 

Mordékhaï HAGEGE
Auteur du siddour Maguen Avot

 

 

 

Notre droit de réponse autorisé à la diffusion par le journal "Actualité Juive"

(n°1245 - 21/02/13) grâce à l'intervention de notre avocat Me Laurent HAZAN